Bienvenu sur ma page web

L’informatique et les Disques compactes-ROM en 1985

Quelle était l’évolution de l’informatique en 1985 ? Vous vous en souvenez ?

Je viens de trouver un vieil article datant de 1985 qui nous explique l’évolution des disques compactes-ROM en 1985.

Personnellement, je m’ai suis bien amusé à lire ceci. L’informatique à grandement évoluer depuis ce temps et gageons que nos futurs petits enfants riront de nos ridicules ordinateurs 2012.


Votre professeur vous a demandé d’écrire un rapport sur les pingouins. Comment obtenez-vous les renseignements dont vous avez besoin? Vous pourriez aller à la bibliothèque et passer quelques heures à fouiller les fichiers et les index des diverses encyclopédies. Ou vous pourriez peut-être vous asseoir devant votre ordinateur, taper quelques mots et, en un instant, obtenir à l’écran tous les renseignements qui vous sont nécessaires.

La technologie qui rend une recherche aussi rapide possible s’appelle le disque compact-ROM. Ce système utilise les mêmes disques en plastique brillant qui ont révolutionné l’industrie du disque. Cependant, plutôt que de renfermer de la musique, les disques compacts-ROM contiennent du texte et des graphiques. Les données sur les disques compacts peuvent être «lues» mais non effacées. Vous ne pourrez pas non plus enregistrer vos propres données sur le disque.

Les disques compacts-ROM sont une des technologies les plus excitantes mises au point au cours des dernières années. Et les possibilités qu’ils offrent pour l’avenir sont encore plus fascinantes.

SON FONCTIONNEMENT

Le disque compact-ROM résulte de l’union d’un disque compact et d’un ordinateur. Pour l’utiliser, un lecteur de disques spécial devra être branché à votre ordinateur. Vous aurez également besoin d’une disquette de récupération de données qui dit à l’ordinateur comment retrouver certaines données précises sur le disque compact et comment les afficher à l’écran.

Les données sont encodées sur le disque compact. Ce code est gravé sur la surface du disque et forme des trous microscopiques. Lorsque vous insérez votre disque compact dans le lecteur, un rayon laser « lit » les trous, les traduit en code et envoie l’information à l’ordinateur. Ensuite, l’ordinateur traduit le code en mots et en graphiques et les affiche à l’écran.

Le plus grand avantage du disque compact-ROM peut se résumer en un mot: la commodité. Un disque compact d’un diamètre de 12 centimètres peut emmagasiner environ 100 millions de mots — soit l’équivalent d’environ 150 000 pages imprimées.

Il est très facile de trouver ou d’extraire de l’information. Par exemple, si vous désirez vous servir d’une encyclopédie sur disque compact-ROM pour votre rapport sur les pingouins, vous n’auriez qu’à taper le mot «pingouin» sur votre clavier d’ordinateur et en quelques secondes, toutes les références aux pingouins contenues dans l’encyclopédie seraient affichées à votre écran. Vous pourriez ensuite consulter les références et, si vous disposez d’une imprimante, imprimer celles qui vous intéressent.

Ces avantages ont rendu le disque compact-ROM très utile pour toutes sortes de recherches-tant dans le milieu des affaires et dans les laboratoires que dans les foyers et les bibliothèques. Par exemple, plutôt que de feuilleter d’immenses catalogues, les fabricants peuvent se servir des disques compacts-ROM pour trouver instantanément les pièces et l’équipement dont ils ont besoin.

QUE NOUS RÉSERVE L’AVENIR?

Ces applications ne représentent toutefois qu’un début. Des chercheurs développent de nouveaux systèmes qui rendront les disques compacts encore plus pratiques. Les disques de l’avenir renfermeront bien plus que du texte et des graphiques. Ils combineront toutes sortes d’éléments-du son, des photographies et même des films.

Pour l’un de ces systèmes, aucun ordinateur n’est nécessaire — vous n’avez qu’à taper vos instructions sur un lecteur de disques compacts spécial branché à un téléviseur. (Le lecteur est muni de son propre ordinateur.) Parce que ce système sera simple à utiliser, ses créateurs espèrent qu’il deviendra une forme de divertissement familial populaire. Ils prévoient combiner le son et les images pour produire des disques de jeux et de programmes éducatifs.

Un autre nouveau système, à utiliser avec un ordinateur, donnerait aux disques compacts la capacité de produire des films vidéo. Jusqu’à tout récemment, ceci n’était pas pratique puisque l’information nécessaire pour visualiser des films occupait trop d’espace sur le disque — tellement d’espace qu’un disque compact-ROM ne pouvait emmagasiner qu’environ 30 secondes de film. Cependant, les chercheurs ont trouvé un moyen de condenser cette information de façon à ce qu’elle n’occupe qu’une fraction de cet espace. Ainsi, un disque peut emmagasiner une heure complète de film. Lorsque l’on fait jouer le disque, l’information passe par des circuits spéciaux dans l’ordinateur et ces circuits reproduisent toutes les qualités sonores et visuelles.

Ces circuits pourront un jour servir aux disques qui combinent les films, les photographies, le texte et le son. Les utilisateurs pourront non seulement regarder ce que leurs disques jouent, mais ils pourront aussi contrôler les présentations en tapant certaines commandes.

Certains disques ont déjà été fabriqués. L’un de ceux-ci est une aventure éducative qui vous transporte dans un ancien site maya. Vous pouvez vous arrêter, vous retourner, re- tracer vos pas ou lire un texte sur les Mayas quand vous le voulez. Un autre disque vous permet de simuler un vol d’avion au-dessus de la campagne anglaise. Un troisième vous permet de dessiner un salon en choisissant les meubles, la peinture, le papier peint et d’autres articles d’un «catalogue» de photographies qui peuvent être affichées à l’écran. Vous pouvez voir la pièce sous plusieurs angles et y apporter des changements en appuyant sur une ou deux touches.

Cette excitante technologie n’en est encore qu’à ses débuts. Elle se perfectionnera avec le temps et offrira une foule de nouvelles façons de partager l’information.

 

Voici ce qui pourrait également vous intéresser :

{lang: 'fr'}



Leave a Reply